A PROPOS

" Qui aurait cru qu'un jour être danseuse orientale serait une forme de militantisme ? "

Blog Mediapart, 2015

" Réduits à leur simple dimension traditionnelle et patrimoniale ou à des formes d’exotisme, les arts issus des migrations sont souvent cantonnés à un simple rôle d’animation ou d’objet folklorique, ce qui peut freiner leur évolution vers une forme d’émancipation ou de renouveau créatif. [...]"

- Article revue NECTART, 2016

Le parcours de Soraya Shanti s’est construit entre la France et la Tunisie. Issue d’un couple mixte mêlant eux-mêmes diverses origines, elle s’ouvre à de nombreux registres musicaux ou dansés et découvre très tôt les danses moyen-orientales et tunisiennes auxquelles elle choisit de se consacrer.
 

Fervente défenseure d'une interprétation dansée par les gestuelles maghrebo-orientales, d'une approche détachée des attentes normatives qui leur incombent, elle veille à développer des œuvres valorisant tout particulièrement ces techniques. Son univers créatif s'inspire de diverses symboliques (féminisme, rapport aux normes, questions de la mémoire, du passé individuel-collectif et de l'amour).

Cherchant à développer et construire un aspect plus contemporain dans cette discipline, elle laisse se mêler danses orientales et autres danses ou disciplines qui ont enrichi son parcours.

 

Avide de renouveau, d’histoires et de mélanges, les grandes figures de la Danse Orientale égyptienne imprègnent son approche, ainsi que les danses folkloriques ou populaires tunisiennes que Soraya retravaille depuis 2016 au sein du laboratoire gestuel qu'elle développe. C'est d'ailleurs toute la particularité de cette danseuse dont le mouvement oriental se distingue par la touche orientalo-tunisienne de sa gestuelle.

Son approche de la danse  tunisienne se veut d'innovante et traditionnelle à la fois, de par la référence au passé à laquelle s'attache Soraya, ainsi qu'à l'innovation qu'elle apporte dans le geste pour voir perdurer un patrimoine musical dansé tunisien.

 

En janvier 2017, elle devient Présidente et est membre fondatrice de l'association CARAAO (Centre Artistique et de Recherches des Arts Arabo-Orientaux). Une initiative associative ayant pour but la promotion des arts maghrebo-orientaux et la création artistique contemporaine de ces univers, conjuguée aux avancées des recherches universitaires en cours à travers le monde.